Passer 35 minutes avec le directeur de Media Intelligence

On n’est pas dans un resto calme et élégant, mais ne vous ne fiez pas à l’apparence de qui celui à ma gauche…

Vous le connaissez Rostant TANE? Non? Un peu? c’est normal, vous n’en faites pas. C’est le Directeur de Media Intelligence, la parfaite image des selfs made Men qui gagnent de l’argent, travaillent durement, mais reste dans l’ombre. Voyageur international, Très souvent interviewés pour les grands médias comme stratégie… En gros le genre de personne que j’aime connaître et que je vous invite à suivre.

Je passe à Yaoundé discuter avec cet aîné plein de ressources et je partage avec vous le développement de trois de ses pensées qui m’ont le plus accrochées.

1- Prend le temps de bien faire, ce que tu fait.

On en parle assez et beaucoup de mentor entrepreneur le disent… “la réussite ce n’est pas quelque chose spontané”. Je disais à Rostant que je pense que quand on entreprend, il faut savoir pourquoi on le fait : si cela est pour gagner de l’argent où pour faire aboutir un projet auquel on croit. Rostand m’explique le projet média intelligence a commencé en 2007. Le business Analysis, (analyse du marché) il le fessait en consultance à l’époque. Jusqu’à ce que des entreprises influentes y trouvent de l’intérêt (je garde le secrète de la formule pour moi : Sinon, vous pouvez me la demander en commentaire).

Pour lui, il y a différence entre la passion et l’ambition. Pour faire aboutir son projet, sa propulsion, c’était son énergie, ça foi en lui et en son projet. Il m’explique que c’est surtout ce dont-il a eu besoin pour arriver jusqu’où il est. Que ce n’est pas en se définissant de balayer l’Afrique dans deux ans où cinq… Mais surtout en prenant le temps de bien faire ce que l’on à faire.

“Je crois que j’ai mieux compris la différence entre être un entrepreneur stars et un entrepreneur d’action.” C’est en lui disant cela, qu’il me touche avec la deuxième pensée fétiche.

2-l’entrepreneuriat ce n’est pas une affaire de média.

Oui, ça fait cliché, je sais : le patron d’une entreprise donc le nom commence par média… Qui dit qu’entreprendre n’est pas une affaire de média. J’ai essayé de comprendre la pertinence, mais de vrai, j’ai failli bien rire. Je ne pouvais pas le faire, on était là pour négocier un marché, et puis on était presque dans ce quartier de Yaoundé ou je devais sortir pour mon rendez vous avec Constant FOUOPI… bref, revenons à l’entrepreneur et le média.

L’entrepreneuriat pour le jeune au Cameroun, qu’est c’est? Innover, gagner de l’argent, être indépendant et enfin… Être populaire. J’avoue, c’était à peu près comme cela que je voyais les choses quand j’ai développé ma première start-up, en 2014. Rostant m’explique qu’aujourd’hui beaucoup d’entrepreneurs parlent à la télévision et à la radio en mettant en valeur leurs innovations et très souvent la qualité de leurs formations professionnelles, sans vraiment gagner du marché, et travailler pour l’aboutissement de leurs projets comme il le laisse croire. Il m’a donné des exemples de ses entrepreneurs… Mais c’est un secret (rire).

“Tu sais , je n’ai pas encore créé une multinationale, mais avec le chiffre d’affaires que j’ai, je suis quand même quelque part.” Quand il me dit un truc comme cela… “Je confirme ce que disait une fois sur ma page facebook : il ya camerounais qui ont compris comment l’économie fonctionne. Et ceux-là n’aime pas l’écho.” De vrai, je crois que je dois encore répondre personnellement à cette question :
– J’entreprends pour gagner de l’argent?
– Faire aboutir un projet auquel je crois?
– Ou devenir populaire.

Je crois que beaucoup de jeunes se reconnaîtront dans cette trision (Néologie : triple question).

3-je travaille sur l’analyse de marché depuis 2007. Ce n’est quand 2011 que je fonde Média Intelligence.

Je crois qu’il ya quand même des jeunes qui on comprit que dans l’entrepreneuriat, on ne peut pas anticiper les opportunités. On ne peut que les identifier et espérer les atteindre à un moment donné.

Comme la première parole de Rostant : il faut d’abord bien faire ce que l’on fait. Je la complète grâce à sa dernière pensée, “Il faut d’abord bien faire ce que l’on fait et espérer trouver des opportunités en ayant les bonnes informations.”

Quelqu’un m’a demandé une fois, comment on fait pour avoir les bonnes informations en tant qu’entrepreneurs? Je crois que j’ai trouvé la meilleure réponse : se familiariser avec les plus influents. Cela c’est surtout par deux choses : la compétence et le raffinement de l’image que les autres peuvent avoir de nous.

Pour revenir à la persévérance de Rostant TANE, il m’explique comment, croire en lui et utiliser son intelligence pour s’en sortir lui à ouvert a des opportunités avec le temps. Il n’avait pas prédit être ou il est : son intelligence Il dans ses démarches à chaque étape de sa vie.

De fin, croyez vous que j’aurais pu résumer cet article en une seule citation? si oui, dites l’en commentaire…

Lisez, Analysez, Commentez et si vous aimez bien… Partagez!
Jovial DOUANLA
Twitter : jdouanla01

Leave a Reply