Pourquoi j’ai choisi de vendre mon projet et non mon âge?

Jusqu’ici il y a beaucoup de prodiges extrêmement jeunes mais vous serez tout de même surpris de savoir mon âge de naissance.

J’ai eu disons… quelques propositions d’écrire à mon sujet. Mais j’ai le réflexe de décliner toute forme d’articles locaux qui souhaitent, plus insister sur cet âge de naissance plutôt que sur la pertinence de ce que je dis et propose.

 

Ce que j’ai préféré (pour le moment surtout) c’est d’être applaudi pour la qualité de ce que je donne, et non par ce que je suis un “jeune” comme tout le monde, que l’on veut encourager.

J’ai choisi de masquer cette information aux yeux des médias jusqu’ici pour trois choses :

 

1- Pour ma crédibilité

Contrairement à ce que l’on croit, dans le monde des affaires, l’on achète pas un produit/service par ce que l’on veut encourager la personne qui le vend (Sauf si cela coûte 25 Frs CFA Rires) : l’on achète quelque chose d’utile.

 

Mettre au-devant de la scène le jour où je suis arrivé dans ce monde m’aurait donné plus de followers que de clients.

J’ai choisi que l’on dise :

1- “il y a un jeune homme réfléchis quelque part qui dis, propose de bonnes choses et en plus il est très jeune!”

Plutôt que la phrase :

2- “il y a un mignon bout de chou comme garçon quelque part qui se défend avec une affaire et une pensée intéressante”

Les deux phrases sont identiques apparemment. Croyez-moi, en termes de Frs CFA et de qualité de mon réseau, cela fait toute la différence.

 

Quand j’étais étudiant, j’avais principalement besoin d’argent et peut-être après d’une réputation.

Les entreprises avec lesquelles je devais discuter devaient être convaincues de ce que je propose : Ce n’est donc pas difficile de conclure qu’annoncer haut et fort que je suis très-très jeune depuis la base aurait fait douter mes clients.

 

2- Pour ma construction personnelle

Pendant mes talks, mes échanges avec les jeunes de ma tranche et même avec les aînés de très loin, une question revient : “Jovial qu’est ce que tu vises”

 

Je distribue toujours un sourire absent avant de répondre : “En tout cas je ne serai pas un CEO dans les années à venir”.

J’ai toujours du mal à réaliser que très jeune j’ai une image aussi précise de ce que je veux vraiment. Je suppose que c’est pareil pour n’importe quelle personne qui se pose un minimum de question sur sa vie. […]

 

Entreprendre, sortir de ma zone de confort, voir de l’opportunité en n’importe quoi, être utile aux autres, découvrir l’homme en moi, négocier, trouver des clients, influencer, créer une réputation, créer un nom…

Voilà, ce que j’apprend chaque jour par la start-up principale que j’ai choisi de créer il y a maintenant un an : PubPoint Strategy et même, par l’un de mes projets de transition tel que Potential Events.

J’ai profité d’entreprendre, pour devenir un homme plus avisé, plus assis, plus… raffiné.

 

3 – Pour être au niveau des plus grands

J’ai toujours eu beaucoup de mal à être compris par mes camarades d’école quand j’étais en années licence et même quand j’étais au lycée.

Etant au même niveau académique qu’eux et aussi jeune qu’eux, ils avaient beaucoup de mal à accepter la profondeur de mes idées et de ma vision.

 

J’ai toujours eu un peu d’avance sur eux : j’avais compris comment fonctionne beaucoup de choses très tôt : au lieu de m’en servir tranquillement, je préférais le transmettre; ce qui m’a valu plus de fouets que de sourires.

Je crois que j’ai failli à un moment donné me dire que je suis un abruti qui croit simplement être doué pour quelque chose.

 

Ensuite, j’ai remarqué quelque chose un tout petit peu bizarre : ce sont toujours les plus vieux, les plus mures qui saisissent la pertinence de ma pensée.

C’est par cela que j’ai réalisé que je suis simplement en avance sur ma génération.

 

J’ai choisi de masquer mon âge de naissance, côtoyer les Hommes réfléchis, afin être traité comme un « homme mure » et non comme « un enfant intelligent ».

La preuve, mon réseau net est plus un concentré d’influenceur qui suivent ce que je dis, pense, fait et qui réagissent à cela sur les réseaux ou en dialogues.

 

Les choses sont très simples : qu’aurez-vous ressenti si, sans me connaitre vous découvriez un article écris sur moi qui vous dis “Jovial un jeune de x ans dans le monde des affaires“?

Vous auriez eu plus envie de m’encourager simplement ou d’acheter ce que je propose?

 

Il est également vrai que mettre un accent sur son âge peut-être une superbe opportunité réputationnelle. Mais là, c’est quand vous proposez une solution évidente à un problème déjà identifié.

Moi, j’ai proposé une solution pour résoudre un problème qui semblait déjà résolu pour les entreprises : j’ai créé un besoin.

 

Pour convaincre, j’avais plus besoin d’aptitudes à la négociation que de miser sur mon jeune âge.

Maintenant vous savez pourquoi aucun magazine ou blog ne parle de mon âge.

Je donnerai peut-être cet honneur à partir de Forbes Afrique.

 

Jovial DOUANLA.

Leave a Reply